|

LA DAGUE MÉTÉORITIQUE DE TOUTANKHAMON

Le poignard en fer météoritique de Toutankhamon, ou plus simplement le poignard de Toutankhamon, est un poignard à lame de fer découvert par l’archéologue Howard Carter en 1925 dans la tombe du pharaon Toutankhamon dans la Vallée des Rois. La composition chimique de la lame étant proche de celle des météorites, il est déterminé que la matière première de ce poignard a été extraite de météorites tombées sur la terre.

L’objet fait partie d’une collection de deux poignards qui ont été révélés à l’intérieur des couvertures qui recouvraient le corps momifié de Toutankhamon . Au cours de l’une des plus grandes découvertes archéologiques du XXe siècle, un poignard a été trouvé avec la momie de Toutankhamon et a intrigué les archéologues et les chercheurs pendant des années. Cependant, en 2016 un groupe de scientifiques a résolu le mystère entourant le matériau utilisé pour fabriquer le poignard et a découvert un fait impressionnant : sa lame était en métal “Outer Space”. L’arme fait partie d’une collection de deux poignards – l’un en fer et l’autre avec une lame en or, qui ont été révélés à l’intérieur des couches qui recouvraient le corps momifié du pharaon Toutankhamon, célèbre souverain de l’Égypte ancienne.

Le poignard, dont le manche est entièrement décoré d’or, arbore un fourreau également réalisé dans le même métal précieux. Le poignard de fer, qui est devenu l’objet de la recherche, provenait d’un matériau dont, jusque-là, aucun des archéologues n’avait pu découvrir de quoi il serait fait. De plus, une autre caractéristique qui nous a surpris était le fait que la lame ne présentait pas de marques d’oxydation après tant d’années. Lors de la dernière analyse du spécimen, des chercheurs italiens et égyptiens ont finalement découvert la composition chimique du métal, qui a présenté un résultat sans précédent. La teneur élevée en nickel de la lame est considérée comme preuve qu’elle provient d’une météorite de fer. Une étude plus récente en 2016, utilisant la spectrométrie de fluorescence des rayons X, indique que la lame est composée principalement de fer, ainsi que de 11 % de nickel, et de 0,6 % de cobalt.

Cette composition se situe au milieu des 76 météorites ferreuses, précédemment la plupart des météorites ferreuses varie entre 5 % et 35 %, alors que pour les objets en fer produits à partir de matériaux terrestres avant 2007, la teneur en nickel n’a jamais dépassé 4 %» De grandes quantités de nickel et l’existence de cobalt ont été identifiées sur ses objets, ce qui “suggère fortement une origine spatiale”, indique l’étude publiée dans la revue scientifique meteoritics & planetary science. Les chercheurs pensent que l’objet du pharaon aurait été produit à partir de l’une des météorites trouvées à 2 000 km au large de la mer Rouge, en Égypte.

Cette hypothèse prend tout son sens si l’on considère les similitudes des matériaux, et aussi le fait qu’à cette époque les Égyptiens accordaient une valeur particulière aux fers de météorites, qui servaient généralement à la construction d’objets décoratifs ou à l’usage exclusif des cérémonies du la civilisation ancienne . Selon les scientifiques, « au XIIIe siècle avant J.-C., ils connaissaient et utilisaient déjà ces rares pièces de fer tombées du ciel ». En comparaison avec d’autres objets déjà trouvés avec ce même type de fer, le poignard offre une qualité jamais trouvée auparavant dans d’autres objets, ce qui « indique une maîtrise de cette technique au temps de Toutankhamon » .

L’artefact, découvert en 1925, trois ans après la découverte de la tombe de Toutankhamon, est exposé au Musée égyptien du Caire.

LECTURE RECOMMANDÉE

Diane Johnson, Joyec Tyldesley, Tristan Lowe, Philip J. Withers et Monica M. Grady, « Analysis of a prehistoric Egyptian iron bead with implications for the use and perception of meteorite iron in ancient Egypt », Meteoritics & Planetary Science, vol. 48, no 6,‎ 2013, p. 997

A lire également

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *