|

Le Guinzé (GBÉNZÉ)

Le GUINZÉ (ou GBÉNZEN) servait de monnaie traditionnelle pour les sociétés forestières Guinéeennes avant l’invasion coloniale . C’est une tige de fer d’environs 40 à 60 centimètres, torsadée en spirale en son long et aplatie aux extrémités. la petite extrémité se termine en forme de coeur, tandis que la grande s’épanouit en forme de triangle isocèle à base très large. Le poids d’un guinzé varie entre 120 a 140 grammes .

Le principal centre d’émission se trouvait dans le simandou ( beyla ), c’est dans ce lieux que les forgerons extrayaient le minéral ferrugineux à ciel ouvert, sur les versants du mont simandou . Cette émission, qui ne se faisait pas de façon anarchique, ne visait ni à enrichir les souverains ou les forgerons, tout en répondant au critère de production, était l’objet d’une surveillance strict afin d’éviter toute inflation . Aussi l’éducation dispensée par les institutions de la forêt sacrée était telle qu’il ne venait a l’esprit d’aucun forestier de se livrer à une contre façon de la monnaie . D’ailleurs, le soucis majeur était de chercher honnêtement à en avoir , et non de savoir comment on la produisait .

Au pays kissi le ‘”Guinzé” appelé aussi “tylindé” était l’unité de base dont le seul multiple était le “kpondo”, équivalent à 20 unités . Les “guinzés” étaient façonnés sous forme de longues tiges, avec un « T » à l’une de leurs extrémités (appelé nling, ce qui veut dire oreille) et une partie aplatie, semblable à la lame d’une houe, à l’autre extrémité (appelée kodo, ce qui veut dire pied ). Leur longueur variait de 15 à 40 centimètres. Au xviiie siècle, en Guinée, un “guinzé” équivalait à un kilogramme de riz. Avec 2 deux unités on pouvait acheter un régime de bananes ou une vingtaine d’oranges. Dans la mesure où ces barres n’avaient, à l’unité, qu’une valeur relativement faible. Elles étaient habituellement conditionnées en fagots (de 20 en général). Les prix constatés au xxe siècle étaient de 100 cent fagots pour une vache, une dot atteignait 200 fagots.

Avec 1 GUINZÉ, on pouvait acheter 10 colas .

SOURCE

LEXIQUE HISTORIQUE DE LA GUINÉE-CONAKRY .

@ECOLEDESSAGES

A lire également

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *